Lettre adressée par Père Daniel-Ange aux participants au colloque à la mémoire du Serviteur de Dieu Vladimir Ghika (Paris, 9 et10 octobre 2010).

Une fois de plus, me voilà dans l’impossibilité de participer à votre colloque. J’en ai le cœur déchiré. Je vous suis infiniment reconnaissant de travailler ainsi à faire connaître – donc aimer – cette lumineuse figure d’un des grands confesseurs de la foi de notre époque. De plus en plus, je réalise l’urgence de sa glorification à la face du monde. Il est d’une telle actualité !
Il est frère universel, aussi à l’aise dans taudis et sordides léproseries de l’époque, que dans chancelleries, ministères et palais. Toujours partout, tout à tous. Désarmant les plus agressifs par sa déconcertante simplicité et humilité.
Ne s’imposant jamais, rayonnant par tout ce qu’il est, une clarté d’Ailleurs… Il est une synthèse vivante de l’Orient et de l’Occident en ce qu’ils ont de meilleur. Il déborde de santé, car il respire à fond avec ses deux poumons.
Il est liturge dans l’âme, célébrant en rite latin comme en ce rite byzantin qu’il affectionne particulièrement.
En Roumanie, il est admiré, vénéré même par aussi bien les romano-catholiques que par les Greco-catholiques et même par les Orthodoxes. J’avais demandé au Métropolite Daniel (maintenant Patriarche) me recevant aimablement à Iasi, si sa future canonisation poserait un problème œcuménique. Il m’avait assuré que non, car les Orthodoxes le vénèrent au point de l’avoir inscrit dans leur recueil des martyrs contemporains. Dès le lendemain, je rapportais ce propos au cher Mgr Ioan Robu, que je tiens à saluer ici de tout mon cœur. Propos que d’autres amis prêtres orthodoxes m’ont confirmé.
Il en est comme pour le cardinal Newman, vénéré par bien des Anglicans, primat en tête, comme la récente béatification l’a montré.
Je pense donc que sa béatification sera saluée chaleureusement par l’ensemble du peuple chrétien de Roumanie, toutes confessions réunies. Je l’ai redit à Mgr Amato revu hier lors de la béatification de la toute jeune Chiara Luce,

Séminaire gréco-catholique de Roumanie
26 septembre, veille de saint Vincent de Paul

This function has been disabled for Vladimir Ghika.