Michel PRAT, oblat bénédictin

Monseigneur Vladimir Ghika, dans son livre “Pensées pour la suite des jours” – page 27 Ed. Beauchesne – a écrit:
“Plutôt que de donner lui-même aux indigents les biens dont il dispose, un père aime mieux se servir de la main de ses enfants, sous ses yeux, et son cœur se réjouit à cette vue, d’une nouvelle joie.
Ainsi Dieu aime, plus que tout, faire par notre entremise le bien qu’il fait en ce monde. Et l’on y sent, de sa part, comme une joie doublée.”

Les relations de Dieu avec les hommes, ses créatures, est comparée avec la relation d’un père avec ses enfants. La première fois dans l’Evangile où Dieu est comparé à un père, c’est peut-être en Mt 1, 18-25. Marie, mère de Jésus, est fiancée à Joseph. Ils avaient le projet de se marier et d’avoir des enfants. L’intervention de l’ange du Seigneur met sur le même niveau Dieu qui, par l’Esprit Saint, donnera à Marie de concevoir un Fils, et le père légal de Jésus, Joseph.
Joseph assume la paternité légale de Jésus et Dieu est père, Père de Jésus, ceci dès le chapitre 1 du premier des 4 évangiles.
Cette pensée du Bienheureux Vladimir Ghika rappelle tout à fait le passage sur l’efficacité de la prière en Mt 7, 9-11: “Quel est d’entre vous l’homme auquel son fils demandera du pain et qui lui remettra une pierre? Ou encore s’il lui demande un poisson, lui remettra-t-il un serpent? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui l’en prient!”

Dans l’Evangile de Marc, Mc 1, 11: ”et une voix vint des cieux: ”Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur.”” Dès le premier chapitre aussi, Dieu est Père.

Dans l’Evangile de Luc, Lc 2, 48-49, on retrouve la paternité légale assumée par Joseph et Dieu, père de Jésus: “A sa vue, ils furent saisis d’émotion, et sa mère lui dit: “ Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés.” Et il leur dit: ”Pourquoi donc me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père?”” Jésus revendique avec Dieu des relations qui passent avant celles de la famille humaine.

Dans les quatre Évangiles, traduction liturgique de 2013, le mot “Père” revient 256 fois.

A SUIVRE…

This function has been disabled for Vladimir Ghika.