Michel PRAT, oblat bénédictin

Monseigneur Vladimir Ghika, dans son livre “Pensées pour la suite des jours” – page 126 Ed. Beauchesne – a écrit: “Faire une chose pour l’amour de Dieu c’est la faire de bout en bout mieux encore qu’en la faisant uniquement pour elle-même. Et c’est, en même temps, la dépasser.”

On retrouve cette pensée chez Saint Paul dans la lettre aux Colossiens (Col 3,17): “Et quoi que vous puissiez dire ou faire, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, rendant par lui grâce au Dieu Père!” et aussi dans la lettre aux Ephésiens (Ep 6,5-8): “Esclaves, obéissez à vos maîtres d’ici-bas avec crainte et tremblement, en simplicité de cœur, comme au Christ; non d’une obéissance toute extérieure qui cherche à plaire aux hommes, mais comme des esclaves du Christ, qui font avec âme la volonté de Dieu. Que votre service empressé s’adresse au Seigneur et non aux hommes, dans l’assurance que chacun sera payé par le Seigneur selon ce qu’il aura fait de bien, qu’il soit esclave ou qu’il soit libre.” Les esclaves doivent faire toute chose comme si le Christ était leur maître, pour l’amour de Dieu.

Enfin dans la Règle de St Benoît §4 “Les instruments des bonnes œuvres”, il est demandé au verset 21 de ne rien préférer à l’amour du Christ. C’est à dire en particulier ce qu’un moine fait, il le fait pour l’amour du Christ; il s’agit de trouver Dieu en toute chose. Comme Dieu EST avant toute la création (cf. Gn 1,1; Pr 8,22; Sg 7,22; Jn 1,1), Il EST depuis toute éternité, maintenant et pour toujours. Donc faire une chose pour l’amour de Dieu est une élévation et ne peut qu’aboutir à un résultat meilleur.

Judas a fait une chose – livrer son maître, livrer Jésus – par Amour de l’argent et on sait quelle fin lui a été réservée: “Qu’acceptez-vous de me donner et moi je vous le livrerai?” (Mt 26,15) Dis-moi, Judas, est-ce à cela que tu as été éduqué par celui qui t’a enseigné pendant tout ce temps?… N’est-ce pas pour cette raison qu’il a dit “Ne possédez ni or, ni argent” (Mt 10,9), t’avertissant dès le début de la folie démesurée au sujet des richesses?… L’amour de l’argent ne nous laisse souvenir ni de l’amitié, ni de la parenté, ni de toute autre chose mais, en mutilant définitivement les yeux de notre entendement, il fait marcher aussi dans l’obscurité. (Extrait d’une homélie de Saint Jean Chrysostome sur la trahison de Judas)

“Nul ne peut servir deux maîtres: ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent. “(Mt 6,24; cf. aussi Lc 16,13)

A SUIVRE

This function has been disabled for Vladimir Ghika.