cop_rugaciuni_auberivePrières du prince Ghika, pour la maison de St. Jean

Seingeur, après avoir été loué ici pendant les siècles, Vous avez vu la demeure de votre langage devenir l’asile de nos pires misères. Faites que, par votre grâce et par votre entremise, pour chaque offense qui nous fut faite ici, il y ait un sacrifice, une bénédiction, un cri d’amour vers Vous. Que les bons anges viennent ici prendre la place des mauvais esprits. Que la prière ramplace l’imprécation. Que le sacrifice paie pour le plaisir coupable, que la porte du Ciel soit ici grande ouverte, au lieu de la Prison de la terre. Que la liberté des enfants de Dieu succeed à la servitude du mal. Et qu’il n’y ait plus ici que la joie du St. Esprit.
Seigneur, conservez cette demeure que vous avez voulu vous vendre, et que nous n’avons prise que pour vous la vendre, dans le plus grand amour de nos âmes.
C’est au nom de Marie que nous vous appelons ainsi, dans la Maison de Marie, un foyer du disciple préféré.

Ainsi soit-il.

Aux saints d’Auberive

Nos bons frères du Paradis, nès ici pour la vie éternelle et dont les restes bénis reposent en cette terre, si le sang des martyrs est une semence des chrétiens, la cendre des serviteurs de Dieu que vous avez été, elle aussi, saura faire lever de ce sol toute une moisson des âmes sanctifiées.
Que la lonange de Dieu renaisse ici, en esprit et en vérité, et que, grâce à votre secours fraternel, cette louange vraiment vieux, parle du fond de notre cœur plus encore que de nos […]

Ainsi soit-il.

Offrande de la maison à la Ste. Vierge

Vierge Ste., c’est la maison d’un fils adopté au pied de la Croix que nous avons, seule, à vous offrir ici. C’est la demeure d’après le sacrifice, et la lieu de la longue attente. C’est une demeure où votre fils revient sur l’autel et dans les âmes. Vous l’y retrouverez, comme après la Pentecôte, avec le même cœur à la fois, meurtri et consolé.
Apprenez-vous en cette demeure à ne vivre ici-bas qu’en exil de l’Eternelle Demeure, et en hôtelirs aimants de tous les pécheurs qui s’acheminent vers elle. L’amour de Dieu nous y conduit et nous y appelle.
Aidez-nous à vivre de cet amour qui vous a fait mourir. Faites-nous mourir à nous mêmes pour vivre avec vous, comme vous, et commencer, grâce à vous, dès maintenant, notre vie éternelle.
Vous qui, sur terre, n’avez pas connu de toit qui fut à vous, d’abord enfant au Temple, puis Mère dans une étalle puis essante sur les routes d’Egypte, puis à l’atélier, puis à l’auberge, pui au pied de la Croix, puis hôte d’un autre fils que le vôtre, Vous n’avez pas trouvé, dans la tombe elle-même, un séjour qui vous appartient.
Faitez […] sur vos traces, nulle demeure ne nous apparaient durable sur la terre et […], même à nous, la tombe nous apparaisse comme la simple entrée dans la demeure éternelle.

Ainsi soit-il.

A la Sainte Vièrge

Notre Mère qui êtes aux Cieux, que le nom de votre Fils soit ici sanctifié.
Etablissez ici votre demeure pour la Règne du Dieu Vivant.
Que non seulement sa Volonté s’y fasse, mais que sa Prèdilection s’y realize et que la Terre y paraissa moins loin du Ciel.
Soyez bénie pour la Pain de la Vie que, grâce à Vous, vos fils d’adoption, en repentant le Sacrifice de Jésus, recoivent et nous donnent ici chaque jour.
Aidez-nous à nous rendre meilleurs et à nous entr’aimer.
Défendez-nous contre nous-mêmes, et que votre ignorance de tout mal intercède plus facilement encore pour la misère trop réelle de nos fauts

Ainsi soit-il.

Au Saint Esprit

O Dieu d’Amour, Dieu qui n’êtes qu’Amour, et qui allez du Père au Fils, du Fils au Père, à travers nous, je veux vous crier ma joie de trouver en moi la seule chose qui ne passé pas, ce qui ne doit jamais cesser, la substance même de mon éternité dans la Vôtre, cet Amour né avant les siècles, vivant à cette heure même, et fait pour être toujours. Je le salue et je le retiens en moi et je sais que j’ai là ce dont le Ciel est fait.
Et pour le retrouver et le sentir sans mélange, comme St. Jean, j’appuie mon front et mon cœur humain de notre Dieu.
Esprit Saint qui descendez du Ciel en flames et en larme, faites remonter vers vous nos larmes et nos flames issues de Vous.

Ainsi soit-il.

Offrande de la journée

Par les mains de la Ste. Vièrge qui sut et vient le secret de la vie en Dieu, et qui nous donne les moyens de la réaliser en nous, je vous offre, Seigneur, ma journée. Que tout en cette journée vous serve ou, pour le moins, vous loue. Bénissez-la qu’elle soit bénite dès la matin et qu’elle nous prèsente déjà, par cela seul, une matière transformée, plus prête à devenir ce que Vous préfèriez qu’elle soit.
Et qu’elle soit cette journée, après la communion de tantôt, le prolongement et le retour vers Vous de cette communion, quelque chose qui vous restitue à Vous-même, en vous faisant vous sacrifier véritablement pour vous, en rapportant à Vous, à travers toutes les vicissitudes de votre vie, vous volontés et vos préfèrences.

Ainsi soit-il.

(au cours de la journée)

O Dieu Vous êtes partout; que je Vous retrouve partout!
Vous êtes toujours; que je Vous posède toujours!
Vous êtes infinèment; que je Vous pénétre sous cesse davantage!
Vous me regardez avec un amour de Père; que je Vous regarde avec un amour de fils.

Par Jésus Christ Notre Signeur

Amen!

A la Ste. Vièrge, en Sa Maison

Après la Communion (En donnant un mot ,,laetitia”, 3 applications)
Avant la récréation différentes, mais appercutées:
A la fin de la journée      A chaque fois:

Causa nostra laetitiae      laudamus te
Causa nostra gracias       agimus tibi
Causa nostra                  ora pro nobis.

Absolution mutuelle (de chaque soir)
( à dire après le Confiteor tous ensemble)

Pardonez-vous l’un à l’autre et jusqu’au fond de l’âme, et sans réserve, à la façon de Dieu et par la grâce de Dieu, ce qui a pu être de l’un à l’autre, une cause de mécontentement ou d’affection.
Dans le secret de votre cœur, à la place la meilleure de vous-même, mon frère, ma sœur, ou mes frères, mes sœurs, à qui je pense en ce moment, pardonnez-moi comme je vous pardonne si, par malheur, il y a eu pour moi lieu de le faire à la fin de cette journée.
Jésus, Vous me l’avez dit: je n’ai pas le droit de m’approcher de votre autel et du don de votre corps sur cet autel, si je n’ai pas une âme vraiment réconciliée avec l’âme de mon frère.
Jésus, vous me la faites sentir: je ne puis être selon votre cœur, si je ne suis pas de tout cœur uni à l’âme de mes frères et, en premier lieu, des frères que votre Cœur veut réunir en cette maison.

Ainsi soit-il.

 

Prière pour la récéption de l’habit de St. Jean

Frère…/Sœur… rien ne vous retient ici, mais Dieu voudrait que tout vous y attaché, si son amour doit être, ici, vécu par dessus tout.
Voulez-vous chercher ici non seulement ce que Dieu veut mais ce qu’Il préfére?- Oui, je le veux.
Voulez-vous être dans la maison de la Ste. Vièrge, sous le toit de St. Jean?
Croyez-vous de tout votre cœur à l’amour que Dieu a pour nous?
Oui, j’y crois.
Sœur…/Frère… recevez l’habit, et puissez-vous recevoir l’esprit de St. Jean

Amen.

De la liturgie domestique des Sœurs, en se n’était

(En chanssant les sandals)
Que mes pas, Seigneur, suivent vos pas et sachent ne pas s’égarer!
(En passant la blouse)
Je vous servirai, Seigneur, et mon cœur ne sara pas fermé aux suffrances de mes frères!
(En mettant la robe)
Que notre âme de revête de la grâce comme nous nous revêtons de ceci!
(En ceignant la ceinture)
Veillons sur nous; soyons prête; voici le Seigneur!
(En prenant la petite croix de bois)
Je vous comprendrai et je vous aimerai dans l’epreuve de toute la vie jusqu’au dernier assaut de la mort!
(En posant la coiffe et la voile)
Pour la prière et pour l’aumône …
(En endossant la cape)
Vous êtes Celui qui est; Vous m’avez appelée; Vous m’avez envoiée… Me voici!

 

Avant le repas

Seigneur, que dûs à votre Providence, bénis par vous, et prêts à devenir notre chair et notre sang, ce pain et cette nourriture passent que notre chair vous soit mieux consacrée, et notre sang nous amène avant tout, pour votre service et pour votre amour.
Par ce pain et cette nourriture, ainsi compris et sanctifiés, voués à votre chair et à votre sang, conservez cette chair et ce sang pour recevoir en vous, avec toujours plus de joie, le Verbe fait chair et le sang divin qui nous sauve, – jusqu’à l’heure où vous abandon – […] votre chair et votre sang pour nous retrouver à jamais, – en attendant de les reprendre, par un miracle de votre bonté, divinisés par Vous, transformés par la Vie Eternelle, afin qu’ils soient associés, eux aussi, à la Grande Joie de Demain.
Grâce à Jésus, notre Pain de Vie, qui par amour vit et regne sur nos autels avec le Père Eternel, dans l’unité du Saint Esprit

Ainsi soit-il.

Prière à St. Jean

O St. Jean, notre grand frère, notre ami vivant et proche, sans cesse présent auprès de nous comme auprès de Dieu, enseignez-nous non seulement à faire tout ce que Dieu peut vouloir, mais à deviner et à réaliser ce qu’Il préfére, […] vous le préfére de Celui que nous devons aimer par dessus tout

Ainsi soit-il.

Prière selon St. Jean

Seigneur Dieu, nous sommes de ceux qui croient à l’amour que Vous avez pour nous.
Seigneur Dieu, nous avons cru à l’amour que Vous avez pour nous.
Seigneur Dieu, nous croyons à l’amour que Vous avez pour nous.
Et c’est par Votre amour que nous vous aimons.
Laissez-nous vous prouver que nous l’avons compris.
Et faites-nous prouver notre amour comme Vous nous avez prouvé la vôtre.

Ainsi soit-il.

Prière et serment dialogue selon St. Paul

Qui nous separera de l’amour de Jésus?Est ce l’épreuve?- Non!
car je suis assuré que ni la mort, –l’angoisse?- Non!
ni la vie, ni les anges, ni ce qui mène le–la misère?- Non!
monde ou le régit, ni les choses présentes, –le délaissement?- Non!
ni les choses futures, ni les violences du –la crainte du danger?- Non!
sort, ni tout ce qu’il y a de plus elevé, –la persécution?- Non!
ni tout ce qu’il y a de plus profond, –tout ce qui peut briser
ni aucun autre chose créée ne pourranotre vie?- Non!
nous séparer de l’amour de Dieu dans le
Christ Jésus notre Seigneur

Ainsi soit-il.

Prière selon St. Pierre

Seigneur, Vous qui dites sans cesse à nos âmes lâches et tentées: ,,Et vous aussi, voulez-vous m’abandonner?” que sans cesse nous vous repondrions: ,,Vous être le Christ, le Fils du Dieu vivant. A qui irions-nous? Vous avez les paroles de la Vie Eternelle.” Et ce n’est pas le chair ni le sang qui nous feront alors ainsi parler, mais le Père qui est aux cieux, car nous savons que nous ne pouvons pas appeler le Dieu tout puissant du nom de Père, ni prononcer le nom de Jésus sans l’Esprit Saint.
Nous voulons vivre et mourir pour vous, et si nos reniements, parfois, viennent dementir cet élan de nos cœurs, regardez-nous d’un regard qui nous change et, dans les larmes, nous rendre à vous de nouveau. A la suite de celui que vous avez choisi pour vous remplacer dans la conduite des âmes et des foules, et pour les mêmes et saintes raisons, et dans la même et sainte vocation, nous répondons au triple appel de: ,,M’aimes-tu?” que resuscité sur l’autel vous nous adressez, après votre réssurection dans nos âmes: ,,Seigneur, je vous aime” – ,,Oui, Seigneur, je vous aime.”, ,,Seigneur, vous savez toutes choses, vous savez donc que je vous aime.” Sûrs alors, dans le troupeau du bon Pasteur, d’entendra votre veux nous dire: ,,Toi, suis-moi.” Notre foi, notre espoir, notre amour sont fondés sur la Pierre que vous avez choisie et sur laquelle vous bâtissez votre Eglise, et les portes de l’Enfer ne prévandront pas contre elle, ni contre nous.
Seigneur qui nous sauvez, nous benisons les clefs qui nous ouvrent les Portes du Ciel; nous nous réjouissons de voir lier et délier sur la terre comme au Ciel nos âmes sujettes à tout de fautes, après avoir craint de mettre en œuvre votre personne divine elle-même pour accomplir la plus humble des offices de ménage, l’effacement des petites misères de notre vie domestique, nous redisons avec votre apôtre, afin d’avoir part à votre Royaume de toute pureté: ,,Non pas seulement ces pieds qui se sont souilles à trâmer sur les poussières et les boues de ce monde, mais la tête et tout l’être”, heureux de vous entendre, Vous aussi, nous redire doucement: ,,Non, il n’est besoin que de cela, et cela seul suffit, car vous êtes déjà, par moi, purifiés”

Ainsi soit-il.

 

Textes de priers écrites par Mgr. GHIKA

This function has been disabled for Vladimir Ghika.