cop_images_miraculeuses_de_roumanieLes principales images miraculueuses de Roumanie sont […]

1. Celle du Monastère de Neamtz – surnomée la Vénérable – nous reviendrons sur elle
2. Celle de Sainte Anne et de la Sainte Vierge du monasère de Bistritza – toutes deux données à Alesandre le Bon, Prince de Moldavie de 1401 à 1433 par l’Empereur de Constantinople, Jean Paleologue. Celle de Neamtz est la plus célèbre des images du pays, c’est une des quatre attribuées dans le pays à Saint Luc ou d’après S. Luc les autres Adam Floroli Olari.
3. Celle de Golia à Iassi, dont la presence dans l’église du même nom date du dèbut du XVIIe s. La Princesse Roszande femme de Vasile le Loup, alors regnant en Moldavie la depose sur le corps de son fils Etienn qui se mourait. La guériçon fut obtenue. Le Patriarche Macaire de Jerusalem alors en voyage dans les Principautés mentionne le fait. En souvenir, la Princesse fit faire à l’icône deux mains d’or. Le jeune Prince ne se montra d’ailleurs pas très à la hauteur de la gràce reçue. Es fit de son existence d’ailleurs courte un mauvais usage.
4. L’image de la Metropole de Iassi, une des quatre dites de S. Luc, amenée d’un monastère desaffecté, celui de Floreşti par le metropolitain Benjamin une des figures les plus remarquables et les plus pures de l’ épiscopat orthodoxe.
5. Celle d’Agapia d’abord à Gostchina près Neamtz.
6. Celle d’Adam (monastère fondé par des bandits devenus moines fait assez frequent dans l’hagiog., orientale). L’image de S. Luc depuis longtemps vénérée à regain de célèbrité il y a quelques siècles à la suite d’une invasion turque. L’église d’abord transformée par les mussulmans en icurie avait été dévalisée, puis incendiée, l’image seule avait survécu, les bords du bois à peine roussis par le feu. Revètue d’argent dans la suite et dans un mon, devenu féminin elle est emou aujourd’hui – l’effetde la ven. publ. mais dans une region assez peu frequantée maintenant.
7. Floreşti
8. Trifeşti
9. Mavromolu (Galatz) amenée de […] sous le règne du prince Duca vers 1670
10. Dalcanţi d’un arbre où on l’a retrouvée toutes les fois qu’on l’a déplacée.
11. Socola près de Iassi
12. Cotuna-Paşcanii, Vlădeşti (Covurlui)
13. Le Monastère de Ban (ou Vice-roi) Buzău
14. Olari. Bucarest – une des acherofistes apportée en 1806-12 de Rosgrad – une légende assez intéressante qui comme beaucoup d’autres n’a pu être fournie à temps
15. Icoana à Bucureşti – L’église terant son nom de l’image.
16. Darindar – Bucarest
17. Dintr’un lemn Vâlcea. Dite aussi de S. Luc. d’un sete charmant.
18. Namaesti – trouvée par des prêtres ds. les fouilles d’un ensevelissement de l’Eglise monolithe. Couv. de moniales du XVe S – l’eglise taillée dans le roc – on vient y prier et boire de l’eau d’une source transf. en fenlame – jailissant de la pirre sur laquelle reposent l’iconostase et l’icone. En 1916 le lieu a été le théâtre d’une lerée de luttes acharnées avec les Allemands. Ceux-ci ont bombardé le couvent de nonnes, l’eglise s’est vue incendiée et tout ce qu’elle contenais a été détruit à l’exception de l’icone, qui quouqu’ en bois, n’a pas souffert la moindre atteinte.

Madona Dudu de Craiova es une longue et curieuse legende qui n’a pu m’être communoquée à temps.

This function has been disabled for Vladimir Ghika.